Les outils improbables

  • Echelle à poser les plinthes, ou échelle de carreleur
  • Corde à tourner le vent
  • Cintreuse à tuile
  • Equerre ronde
  • Huile de coude (en fait, la sueur)
  • Marteau à bomber les vitres, à gondoler le verre
  • Gomme à effacer les coups de pointeaux
  • Râpe à épaisser ou lime à épaissir
  • Bois de fraisier
  • Cordeau à tracer des courbes ; un tuyau peut en tenir lieu
  • Aimant à bois
  • Fil à plomber les ardoises
  • Peinture écossaise, peinture à motifs
  • Scie à coller le bois
  • Larachimène ; en fait surnom d’une gouge en crochet
  • Recolleuse à copeaux
  • Marteau à deux coups
  • Lime pour gaucher
  • Bulle, ou sachet de bulles à niveaux
  • Electrode à bois
  • Bac à récupérer les chutes de tension

Ceux qui existent vraiment :

  • Le forêt à trous carrés : c’est la mortaiseuse à bédane carré ; en conjuguant une mèche centrale et des couteaux carrés, elle peut servir à percer des trous carrés
  • Bois d’arbre, désignait à l’origine le bois de pommier en Normandie ; utilisé aujourd’hui pour désigner le bois massif par opposition aux produits dérivés du bois (agglo, contreplaqué, etc.)
  • Vis à deux bouts, utilisée couramment en assemblage, aussi appellée vis « queue-de-cochon »
  • Pied de biche en plastique, utilisé en serrurerie pour ne pas abîmer les profilés métalliques ou le verre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *