Laits de chaux ou peinture à la chaux : chaulage, colature, badigeon, eau forte, patine

Les termes de la chaux varient selon les marchands, les régions, les utilisateurs. On retient généralement ces définitions :

Lait de chaux : mélange de chaux et d’eau, éventuellement avec une charge fine, éventuellement avec des pigments.
L’expression englobe donc chaulage, colature, badigeon, eau forte, patine

Peinture à la chaux : terme « non déposé », utilisé un peu partout.
On trouvera sous ce nom aussi bien des peintures de grande surface avec un petit dosage de chaux destiné à les « velouter », que des badigeons préparés vendus par des spécialistes de la chaux, qui utilisent ce terme peinture plus compréhensif par le grand public.

Dans l’ordre traditionnel :

Le chaulage désigne un traitement dont le but premier est sanitaire : il a toujours été utilisé sur les bâtiments d’élevage et d’habitation. La chaux est basique et naturellement fongicide, elle repousse donc les maladies.
Il se fait au 1 pour 1 : 1 volume de chaux, 1 volume d’eau. Il n’est pas additivé, il farine donc un peu et est sali par les éclaboussures.
Son aspect est cordé (on peut le lisser).
On peut le pigmenter, par exemple d’un peu de bleu pour le rendre plus éclatant, ou d’un peu d’ocre pour l’adoucir.
Application directe sur : pierre, enduit, bois.

Le badigeon, mot qui fut péjoratif, est la désignation d’un mélange liquide de chaux, d’eau et de pigments.
2 à 3 volumes d’eau pour 1 volume de chaux
Il est souvent chargé avec une charge fine (poudre de marbre ou de craie) pour améliorer sa couvrance et sa cohésion.
Il est toujours additivé, de facon plus ou moins artisanale : caséine, sel d’alun, savon, méthylcellulose (colle à papier peint).

Il n’est pas nécessaire d’additiver les échantillons / essais : ils ne sont pas destinés à durer, et les additifs ne modifient pas la couleur.

Le prix du badigeon :

  • à la maison, à partir de 2 euros du litre.
  • chez les spécialistes chaux, de 5 à 15 euros du litre. Et parfois beaucoup plus selon le prestige de la marque.
  • dans les grandes surfaces de bricolage, les « peintures à la chaux », proches du badigeon, mais aux additifs inconnus, et au prix d’une peinture, 15 à 40 euros du litre.

Le badigeon est le lait de chaux par excellence : le plus utilisé, le plus documenté, le plus intéressant en décoration.

De quoi sont fait les badigeon vendus dans les commerces de produits naturels ?

Je mets de côté les « peinture effet chaux » vendus dans les GSB (Grandes Surfaces de Bricolage), dont les compositions sont aussi discrètes que suspectes. Je parle ici des badigeons (ou « peintures ») à la chaux vendus par la plupart des spécialistes, spécialistes qui généralement vendent aussi la chaux pure et les différents additifs à part (généralement les particuliers préfèrent les produits « tout prêts » et les professionnels font leurs mélanges eux mêmes).

  • De la chaux en pâte (grecque, italienne, française, etc.)
  • des charges pour augmenter le volume et la consistance :
    • poudre de marbre, silice pour un aspect plus minéral
    • talc, mica, kaolin, pour plus de soyeux
    • craie, gypse, etc.
    • Souvent appellées « carbonates de calcium »
  • de pigment blanc, généralement du dioxyde de titane ou du blanc de zinc, pour augmenter la couvrance
  • des additifs classiques : caséine (fixateur), sel d’alun (fixateur), savon noir (agent mouillant, dispersant), méthylcellulose (rétenteur d’eau)
  • de résines synthétiques pour garantir l’adhésion (latex acétate de polyvinyle, etc.) En petite quantité, elles n’impactent pas beaucoup les qualités de la chaux
  • de la glycérine pour le gonflant (additif classique de peinture)
  • de liant spécifique selon le rendu recherché : oeuf, amidons, etc.
  • de colles naturelles (qui donnent des films souples sur le bois)
  • de l’huile de lin en petite quantité pour satiner l’aspect ou pour lisser le rendu
  • de cires ou de gommes naturelles pour durcir le rendu et le rendre moins salissant (pièces humides)
  • des conservateurs pour permettre le stockage du produit pendant quelques mois avant son application
  • d’huiles essentielles pour adoucir l’odeur du produit à l’application (et/ou comme conservateurs)

On constate à la lecture des fiches techniques que la plupart des produits sont connus et trouvables en droguerie.

L’ajout de charges fines au badigeon le fait parfois appeller « colature », « super badigeon », « badigeon amélioré », « stuc liquide ». Il permet des effets de matière en ferrant le badigeon.

Le mélange de charges souvent cité est : 1 vol de chaux + 0,5 vol. de poudre de marbre impalpable (pour ajouter de la minéralité) + 0,5 vol de talc (pour ajouter du soyeux).

On peut donc tout à fait envisager, selon la taille du chantier, le budget, et le goût pour les mélanges, de préparer soi même un badigeon de grande qualité et de grande durabilité.

L’eau forte et la patine

Désignent des laits de chaux très fluides, presque transparents. Ils sont utilisés pour nuancer une teinte, homogénéiser une finition.
Il faut les utiliser sans scrupule, car elles sont très peu chères, très faciles à réaliser et très esthétiques.
5 à 20 volumes d’eau pour 1 volume de chaux.
Elles s’appliquent à l’éponge, au pistolet, à la brosse. On les applique généralement a fresco, à frais, c’est à dire quand la couche précédente n’est pas complètement sèche. Leur faible couvrance permet de rattraper une couche qui ne plait pas.
Selon votre temps et votre objectif esthétique, vous pouvez en passer 1 à … 40 couches ! Les couches se passent très vite, et toutes les 2 heures selon les conditions de séchage.
C’est le « secret » qu’omettent souvent de rappeller les spécialistes qui permet d’atteindre des tons soutenus avec de la chaux.

Exemple d’utilisation la plus courante :
Après un badigeon pigmenté (à 15% du volume de chaux), vous trouvez le ton trop pastel.
Préparez une patine avec le même pigment (à 60 % du volume de chaux) et passez en deux couches à frais. Vous venez de remonter de 3 tons.

Exemple de badigeon à l’ocre

Sur une plaque de Fermacell avec sous couche, on a appliqué un badigeon ocre jaune

A gauche, on a passé deux couches de patine à la brosse ; au centre on a laissé le badigeon tel quel ; à droite on a appliqué la même patine, mais à l’éponge.

badigeon_patine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *