Comment appliquer un enduit à la chaux ? Erreurs classiques

Le mauvais enduiseur, il a une truelle, il voit un truc qui bouge pas, il enduit.
Le bon enduiseur, il a une truelle, il voit un truc qui bouge pas, bon il enduit. Mais ca n’a rien à voir.

Erreurs typiques d’application de l’enduit à la chaux

 

Erreur grave : Mouiller insuffisamment le support

S’il faut mouiller le support, c’est d’abord pour permettre une prise complète de l’enduit chaux ; en cas de défaut d’eau, la carbonatation de la chaux peut être incomplète. De plus, l’humidité du mur contrôle la vitesse de prise de l’enduit. Un support insuffisamment mouillé va faire prendre la couche d’enduit trop vite, ce qui réduit le temps de travail : il faut talocher très souvent au fur et à mesure, sinon l’enduit est pris et ne bouge plus.
Solution : mouiller, mouiller et mouiller.
Par exemple, sur un support de pierres et joints traditionnels (terre/argile/chaux), au minimum, asperger le matin et ré asperger avant d’enduire. Si possible, asperger la veille.
Combien mouiller ? Plus ! Il faut observer le support : si vous aspergez à 2 m de hauteur , tant que l’eau ne descend pas jusqu’au sol, le support a encore soif.

Erreur de débutant : Dresser à la truelle

C’est trop souvent pratiqué ainsi : on enduit l’équivalent de deux trois taloches, et on commence à dresser avec le plat de la truelle. Mais la truelle, en travail d’enduit ne sert quasiment qu’à jeter le matériau sur le mur. On peut enlever un excès visible avec la tranche de la truelle. En dehors de ce geste, c’est la règle (ou la tranche de la taloche) qui va dresser l’enduit.
Solution : avec un bon mouillage du support, l’enduit va rester travaillable pendant 15-30 minutes selon les conditions météo. C’est la taloche ou la règle qui va venir le dresser, encore souple.

Erreur : Talochage insuffisant

C’est une erreur de débutant, qui disparaît rapidement en observant un bon enduiseur travailler. Sur un corps d’enduit à la chaux, un bon talochage est long, répétitif et assez physique. C’est la taloche, qui va emmener les excès, combler les manques et donner le droit de l’enduit. Si le talochage n’est pas suffisant, on voit souvent l’erreur suivante apparaître :

Talochage insuffisant + rattrapage à la truelle

Le talochage ayant été négligé, il reste des petits trous, des petites bosses, et on va « récupérer » ca à la truelle. Sauf que la truelle ne dresse pas un enduit, il va donc rester un creux à la place du trou, ou une vague à la place de la bosse.

Corps d’enduit trop lisse

Le corps d’enduit doit recevoir la couche de finition. Pour que cette finition accroche correctement il faut garder du relief. Il faut donc avoir un corps d’enduit droit mais pas lisse. Sur les endroits où vous avez beaucoup taloché pour rattraper des ondulations, il peut être utile de repasser la tranche de truelle pour grener l’enduit.

Et si je veux un enduit « rustique » ?

Pourquoi pas ! L’image servant d’en tête à cet article présente d’ailleurs un enduit volontairement irrégulier. Sur un mur intérieur (protégé), et en fonction du style décoratif que vous souhaitez obtenir, il est tout à fait possible de garder des ondulations et des marques d’outil.

Sur un enduit extérieur traditionnel en revanche, on voit encore et souvent (même sur des vidéos Youtube à + de 200 000 vues !), des gestes d’une efficacité douteuse, voire carrément contre productifs. Certes, la chaux est un liant qui pardonne les petites erreurs, mais c’est une bonne mise en oeuvre qui garantit un enduit durable et beau.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *